LÉGENDES ET CONTES DU NORD

Le Nord asiatique a toujours intrigué les gens par ses mystères et surtout les a attirés par ses légendes et ses contes.

Légendes et contes du Nord / Ces histoires ont été transmises de bouche à oreille pendant des siècles, elles sont aussi sévères et vraiment belles que la terre où elles ont été créées.

Les légendes et contes du Nord russe racontent la vie compliquée des peuples indigènes de la région, leurs traditions, les particularités de leur vision du monde qui forment l'esprit national unique des mythes et légendes. Leurs héros traversent de nombreuses épreuves, qu'ils acceptent avec joie, bien que leurs vies soient, en règle générale, courtes et que les fins heureuses soient rares. Les légendes anciennes nous permettent de comprendre plus profondément les croyances de nos ancêtres, de plonger dans le monde magique de leur passé. Chaque conte présenté dans cette collection, il y a une particule de vérité. Et si le lecteur peut le sentir, le mystère de la lisière de la glace et de la neige lui sera révélé.

Voici un taureau de froid géant - l'incarnation de l'hiver chez les Yakoutes. Il sort en octobre de l'océan Arctique vers le monde du milieu. Avec l'arrivée du taureau de l'hiver froid commence, et avec la croissance de ses cornes, le gel devient plus fort. Mais les cornes du taureau ne sont pas éternelles, elles se brisent - et puis le gel s'éloigne. Mais finalement, le taureau ne navigue dans l'océan que le 22 mai, lorsque, selon le calendrier sakha, arrive une nouvelle année, marquant l'arrivée du printemps. Si la légende veut qu'une image aussi imposante du taureau du froid ait été formée par les anciens Yakoutes qui ont trouvé des restes de mammouths et ont pris leurs défenses pour des cornes de taureaux gigantesques.

Et voici un extraterrestre venu des terres inconnues du sud qui ne comprenait pas un mot de la langue tungus. Tout ce qu'il pouvait dire ressemblait à un mystérieux mot "ellei". Ainsi était le nom de cet étranger, qui, avec le temps, épousa la fille du grand aîné Omogoi Baai et devint l'un des chefs des Yakoutes. Ses neuf fils, engraissant et cultivant les terres assignées par leur père, sont devenus les ancêtres de nombreux ulus yakoutes.

Et voici la belle Moon Girl. La petite orpheline était maltraitée par les gens ; seuls les chiens aimaient la petite fille parce qu'elle partageait avec eux sa maigre nourriture. Malheureuse un jour de vivre sur Terre, elle se tourne vers la Lune en lui demandant d'intercéder pour elle. La patronne de la nuit a eu pitié de la beauté et l'a recueillie. A partir de ce moment, si l'on regarde bien, on peut voir la silhouette de la jeune fille portant deux yagaya (seaux en écorce de bouleau). Elle y vit bien, mais elle manque aux chiens - la nuit, ils regardent la lune et hurlent.

Certains des récits inclus dans ce recueil ont été publiés pour la première fois. Leurs textes ont été spécialement préparés pour cette édition. 

 

HISTOIRES D'ANIMAUX


Depuis le milieu du siècle dernier, la zoologiste Elena Krutovskaya, responsable permanente du "Coin vivant" de Narymsky, soigne les animaux blessés ou malades dans la réserve de Krasnoïarsk "Piliers". Elle le fait avec une telle attention et un tel soin pour nos petits frères que des gens de toute l'Union soviétique viennent voir ses animaux de compagnie. Aigles, buses, lynx, hiboux, chevreuils et renards - cette liste de "visiteurs" du "Shelter of the Kind Doctor Ay-Bolit" n'est pas exhaustive. Elena Krutovskaya a écrit sur les animaux toute sa vie - elle a enregistré des cas intéressants, partagé ses pensées et ses expériences, raconté des histoires amusantes et instructives sur ses "favoris" : le lynx Dixie, le hibou Yasa et d'autres. Ces textes sont devenus la base du livre - une histoire très personnelle de l'homme, racontée à travers des "portraits" d'animaux sauvés par lui. Krutovskaya est morte en 1984, mais l'entreprise qu'elle avait créée est toujours vivante.

 

Ce livre a été publié pour la première fois en 1969 à Krasnoïarsk, et pour la deuxième fois - en 1984. La troisième édition de "Dixie" est publiée avec des illustrations de l'artiste E. Ablyazov, dont les dessins, réalisés de manière délibérément simple, aident le lecteur à imaginer l'apparence de personnages à queue, à plumes et à dents. Le livre en petit volume peut se comparer aux œuvres d'auteurs populaires - naturalistes, chantant la nature. Ceux qui aiment les histoires d'Evgeny Charushin et les romans de Gerald Durrell, apprécieront la créativité de l'héroïne de Krasnoïarsk, Elena Krutovskaya, dont la mémoire est soigneusement conservée dans le complexe scientifique et exploratoire "Narym".

 

"Dixy" n'est pas simplement un recueil d'histoires fascinantes, mais c'est une autobiographie originale, qui permet au lecteur de regarder les animaux (et les gens) avec les yeux du professionnel et de la personne à la grosse lettre. Selon les récits des amis et collègues de Krutovskaya, elle s'occupait non seulement de l'éducation des animaux, mais aussi des visiteurs de la réserve. Par exemple, elle ne tolérait pas l'impolitesse et les moqueries envers les animaux en cage. Dans une telle situation, elle s'éloignait sur le côté et chuchotait quelque chose à l'oreille, après quoi le comportement de la personne s'améliorait nettement.

La force de caractère d'Elena Krutovskaya est évidente dans sa prose ; elle ne descend jamais à une pathétique sympathie pour les animaux blessés, au contraire, elle voit en eux des individus qui doivent être traités comme des égaux et non comme des déprimés. L'histoire de Yasa, un hibou, qui a été amené dans la réserve alors qu'il était seulement malade et ne pouvait pas apprendre à voler, est révélatrice. Krutovskaya et ses assistants ont créé toutes les conditions pour un rétablissement rapide de l'oiseau, mais un accident s'est produit ! Lors de leurs rondes matinales, les zoologistes ont constaté que la chouette avait disparu. Ils ont passé toute la journée à le chercher, mais n'ont pas pu le trouver. Trois jours plus tard, Krutovskaya, qui avait déjà abandonné tout espoir de sauver Yasya, se tenait sur la véranda et écoutait le chant des oiseaux de la forêt voisine, qui la surprenait par son agressivité. Krutovskaya, de son propre aveu, a appris à comprendre le langage des oiseaux pendant de nombreuses années de travail avec eux. En entendant le chant étrange, elle a immédiatement compris la raison de l'agitation des oiseaux - il y avait un étranger dans la forêt. Le zoologiste s'est immédiatement rendu dans les bois et a sauvé la pauvre chouette effrayée.

 

Une histoire étonnante, n'est-ce pas ? Et il y en a douze dans le livre. Chaque histoire d'animal dans cette collection est étonnante, chaque animal est unique à sa manière. Après avoir lu "Dixie", on a envie de sortir dans la nature, d'observer les oiseaux, de se promener sur les chemins forestiers ombragés et peut-être de contribuer à la protection de la faune. Tel est le pouvoir de ce livre, qui vous oblige à jeter un regard neuf sur des choses familières. Et pour les jeunes lecteurs, il aura un effet encore plus fort qu'un appel direct à prêter attention à la vie de nos petits frères.